Pourquoi le souffle est-il si important?

Le souffle est ce qui fait le yoga, le yoga ! Yoga se traduit par « union » – c’est l’union du souffle, du corps et de l’esprit. En fait, le yoga « original », qui remonte à plusieurs siècles, n’était basé que sur des techniques de respiration et de méditation ; il n’y avait pas de pratique physique des asanas !

Les asanas (postures de yoga) sont d’abord apparues comme une méthode visant à optimiser la respiration, et il n’y en avait qu’une dizaine, alors oui… L’intégration de la respiration dans le yoga et dans votre vie quotidienne présentent de nombreux avantages.

Voici quelques bonnes raisons pour lesquelles vous pourriez vouloir accorder un peu plus d’attention à votre respiration dans votre pratique :

1. Diminution du stress physiologique
La respiration profonde augmente l’activité du nerf vague, qui est un composant principal du système nerveux parasympathique (le système calmant, non stressé).

Le nerf vague contrôle et mesure l’activité de nombreux organes internes et, lorsqu’il est stimulé, permet à un état de calme de se répandre dans tout le corps par la relaxation des muscles, la diminution de la pression sanguine, etc. Lorsque ces changements physiologiques se produisent, le nerf vague envoie également des signaux au cerveau pour qu’il puisse lui aussi se détendre. Lorsque votre corps physiologique est détendu, votre corps mental est lui aussi en paix – et tout fonctionne mieux.

2. Amélioration de la circulation, du flux sanguin et du fonctionnement des organes
En absorbant plus d’oxygène, le cœur et les organes vitaux peuvent fonctionner plus efficacement, ce qui améliore la circulation générale.

Presque tous les systèmes du corps ont besoin d’oxygène pour fonctionner de manière optimale (vous ne pouvez rester sans oxygène qu’une dizaine de minutes jusqu’à ce que votre cerveau commence à s’atrophier) ; l’oxygène contribue à la construction des cellules qui composent le corps, aide l’organisme à se défendre contre les virus et les bactéries, et assure une circulation sanguine optimale.

3. Amélioration de la concentration, de la présence et de la clarté mentale
Lorsque vous vous concentrez sur vos inspirations et vos expirations, vous ne pensez littéralement à rien d’autre – en faisant cela, vous êtes dans l’ici et maintenant, pleinement présent.

De plus, lorsque vous pratiquez la respiration profonde, vous êtes capable de « voir » les pensées, de les observer et de les laisser aller selon les besoins – vous vous ouvrez à un espace de non-jugement de toutes les pensées et émotions qui se présentent. Ce faisant, vous découvrirez que vous êtes plus en phase avec ce qui se passe mentalement et émotionnellement, et que vous pouvez donc agir dans un espace de clarté et de paix, plutôt que dans la confusion et le stress.

4. Diminution du stress mental et émotionnel & augmentation du bonheur
Le stress et la peur déclenchent dans votre système nerveux sympathique la libération d’hormones du stress (adrénaline et cortisol) qui déclenchent la réaction de lutte ou de fuite. En respirant profondément, vous faites appel au système parasympathique pour désactiver ces hormones.

Remarque : il n’est pas nécessaire d’avoir d’énormes facteurs de stress pour accumuler un stress nuisible à votre corps – les choses quotidiennes comme les factures, la circulation, les missions, etc. s’accumulent chaque jour, surtout si elles ne sont pas traitées et libérées.

Notez également : votre respiration peut littéralement changer vos émotions. Avez-vous entendu parler de cette étude où des personnes malheureuses sont forcées de sourire et où leur cerveau est activé comme étant heureux ? La respiration est la même chose, c’est-à-dire que l’augmenter = diminuer le stress et augmenter le bonheur.

5. Prévention des blessures
Pensez aux accidents de conduite en état d’ivresse ; la personne ivre subit presque toujours moins de blessures que la personne sobre, parce que son corps est détendu et non pas tendu. Nos muscles se contractent en réponse à la peur, pour nous protéger, mais bien souvent, cela nous fait mal.

Lorsque vous respirez profondément, vous signalez à votre corps que vous êtes dans un espace sûr, de sorte que les muscles peuvent se détendre, ce qui rendra le lâcher-prise plus sûr.

Pour appliquer : dans n’importe quel étirement, inspirez profondément, et à chaque expiration, laissez votre corps se relâcher plus profondément. N’oubliez pas non plus de toujours expirer en vous tordant (c’est très important pour protéger la colonne vertébrale !).

6. Désintoxication
Lorsque nous prenons des respirations peu profondes, nous ne débarrassons pas notre corps d’autant de dioxyde de carbone que possible – les autres organes doivent donc assumer la charge de le métaboliser, ce qui les stresse indûment (ces longues inhalations d’oxygène ne sont pas si bénéfiques si nous n’expirons pas tout le dioxyde de carbone que le corps produit en décomposant l’oxygène !)

7. Diminution/élimination des blocages énergétiques
Le souffle est ce qui fait bouger le prana, l’énergie vitale, dans le corps (en médecine chinoise, il est connu sous le nom de qi). Ce prana circule à travers 72 000 canaux, appelés nadis, dans le corps.

Il y a 3 nadis principaux par lesquels votre prana se déplace :

-Ida : domine le côté gauche du corps ; il est féminin, rafraîchissant, et est associé à la lune
-Pingala : domine le côté droit du corps ; c’est masculin, chauffant
-Sushumna : commence à la base de votre colonne vertébrale et s’étend jusqu’au sommet de la tête ; il représente l’équilibre.

C’est par le pranayama (la respiration) que les canaux Ida et Pingala sont équilibrés, ce qui permet d’atteindre et de traverser le Sushumna. Tout au long de la journée, lorsque nous respirons inconsciemment, la narine gauche et la narine droite alternent pour déterminer laquelle est dominante – et lorsqu’elles « échangent » leur domination, le Sushumna est activé (mais seulement brièvement) ; la respiration consciente et les techniques de pranayama activent le Sushumna pendant de plus longues périodes, apportant plus d’équilibre au corps.

Note : le prana n’est pas la respiration – mais la respiration est une méthode prédominante pour déplacer le prana dans le corps. Le Prana est également absorbé (et libéré) par la consommation de nourriture et la digestion, les échanges énergétiques avec l’environnement (comme le fait d’être dans la nature et de s’échouer), et les échanges énergétiques avec d’autres personnes (comme les conversations quotidiennes). 

<<< Retrouvez moi chaque jour pour des cours à domicile & en ligne : https://cours-yoga-paris.fr/planning-inscriptions